À propos

Aurélie Mojo créativité ecriture

« Soyons pragmatique, il faut bien « gagner sa vie » alors les matières littéraires tu oublies et tu laisses l’Art ou il est : dans les Musées ! » Voilà je pense un bon résumé de la mentalité avec laquelle j’ai construit la quasi-totalité de ma vie, jusqu’à mes… 40 ans !

Bonne élève à l’école j’ai suivis la « voie royale » qui m’a naturellement propulsé d’une filière scientifique vers une formation en Ecole de Commerce. Un boulot en open space dans une grande entreprise du monde des jeux vidéos (quand même, avoir un boulot sérieux d’accord mais autant que le secteur soit un peu ludique !!).

18 ans et 6 mois j’ai tenu… enfin, plus précisément 8 ans et 6 mois sauf que j’ai mis une dizaine d’années à tourner, virer, tergiverser, procrastiner pour enfin dépasser mes peurs et me faire suffisamment confiance pour me lancer sur un nouveau chemin de découverte professionnel !

Ce qui m’a fait douté pendant si longtemps, c’est qu’en apparence j’avais tout: un boulot intéressant intellectuellement, valorisant socialement, dans une entreprise en plein essor et dans un secteur ludique et créatif. Tout cela faisait effectivement partie de ma réalité d’alors et je me trouvais bien ingrate de ne pas en apprécier pleinement la valeur. Mais là n’était pas le problème. Ce que mon entourage ne pouvait pas percevoir, c’est qu’à l’intérieur de moi je sentais qu’une autre histoire m’appelait. Une histoire que j’avais mise en pause pour vivre celle que l’on m’avait assigné et dans laquelle je me retrouvais de moins en moins. Grâce à la découverte de la méditation, de l’écriture d’un journal, et pas mal d’expérimentations, j’ai pu retrouver la connexion avec cette histoire personnelle dont je m’étais écartée depuis tant d’années.

Aujourd’hui, je ne me sens plus sur des rails. Je me fraye un chemin dans une nature que je découvre au jour le jour. J’expérimente. Parfois c’est effrayant. Souvent c’est inconfortable. Mais c’est aussi d’une richesse sans limite. Et surtout: je me sens vivante, enfin occupée à vivre ma propre histoire.

“Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir… et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.”
Jacques Brel

Car il s’agissait de cela. De renouer avec mes rêves. De m’autoriser à vivre L’histoire de ma vie que je n’avais pas eu la force de suivre. Ballottée par une confiance en moi défaillante j’ai cru trop longtemps que les histoires des autres étaient meilleures que la mienne. Ce que j’ai compris, c’est qu’il n’existe pas de “meilleure” histoire. Il n’y a qu’une histoire, la sienne. Et nous sommes les seuls à la connaître, car nous sommes les seuls « auteur de notre vie ».

Ce qui m’anime ? Les mots, sous toutes leurs formes: écriture, lecture, poésie, journal, correspondances, romans. La créativité, la force vitale qui réside au cœur de nous même et qui ne demande qu’a réchauffer notre être de sa chaleur et de sa puissance. Les relations humaines, sans lesquelles toute cette richesse ne peut être partagée et qui donnent tout son sens à la concrétisation de nos rêves.

“N’attends pas le moment parfait pour être heureux, vis le moment, il est déjà parfait.”
Aurélie Mojo